18_01_Saint-Savin

PROJET : Construction d’un nouveau restaurant scolaire et de salles d’activités
EQUIPE DE PROJET : Florian Golay, Noémie Guimbard, Fred Guillaud, ARCEA, économie, VESSIERE, structures, AKOE, BET thermique, acoustique et qualité environnementale, AXIOME, BET Electricité, COFITEX, cuisiniste, IN SITU, OPC
CLIENT : Commune de Saint-Savin
SITUATION : Saint-Savin (38) France
SURFACE : 830m2
BUDGET : 1,5 M€
DATE : 2018

Au milieu du site de projet se dresse la maison dite « Boulud ». Témoin de l’activité piscicole de la commune, ce bâtiment aux dimensions imposantes est aujourd’hui un double obstacle. Son emprise au sol gêne la réorganisation souhaitée pour l’ensemble que formeront à court terme l’école maternelle, la micro-crèche et le nouveau restaurant scolaire. La hauteur de ses façades, parfois aveugles, obstrue la perception du grand paysage et brouille la lisibilité du site à recomposer. Pour ces raisons, au moins, il semble judicieux de démolir cette maison…

Notre proposition de réorganisation du site et d’implantation du nouveau restaurant scolaire nuance cette affirmation en se fondant sur deux principes structurants :

  • La clarification du fonctionnement du site est envisagée par le biais de l’implantation d’un nouveau bâtiment, inscrit dans l’emprise d’un carré parfait. Cette forme simple, également identifiable sur toutes ses faces, compense l’impression de manque de repères urbains et paysagers dont le site souffre aujourd’hui.
  • Cette nouvelle construction prend appui sur la trace au sol et sur les restes conservés de la maison Boulud. Elle exploite les qualités manifestes de l’édifice : sa façade nord qui soutient le parking en amont et sa façade sud qui baigne de lumière les pièces qu’elle abrite.

La géométrie à quatre côté égaux du bâtiment carré dessine, dans le cas présent, une réalité paysagère à quatre faces « actives » et complémentaires :

  • Au nord, notre projet valorise le parking récemment créé qui devient, à peu de frais, une placette d’échange à la croisée des chemins, un lieu d’attente et de liaison entre les différents équipements.
  • A l’est, en contrebas de la rampe d’accès pour les véhicules se déploie la cour technique, dédié au personnel, à l’abri des regards, clos du reste des espaces extérieurs, baignée de la lumière du matin.
  • Au sud, la façade du nouveau restaurant scolaire reconfigure le paysage urbain. La courbe tendue de sa toiture végétale souligne celles des collines des balmes dauphinoises qui réapparaissent à l’arrière-plan. Sa présence dans le village s’affirme à l’endroit où son accès peut être le plus aisé pour tous ses profils d’usagers.
  • A l’ouest, l’équipement s’entrouvre et invite à entrer. Sur cette face tournée vers les équipements scolaires sont accueillis les flux quotidiens des enfants et sont rendus possibles les accès aux salles d’activités indépendantes.

Notre proposition architecturale est fondée sur la reconnaissance de la valeur matérielle des « beaux restes » de la maison Boulud, notamment sa façade sud percée de fenêtres encadrées par des jambages et des linteaux en pierre. C’est à ce titre que nous suggérons de déraser le bâtiment seulement jusqu’au sommet des murs de son rez-de-chaussée. Ceci permet de conserver le dallage qui, si il ne dispose d’aucune qualité particulière, a le mérite d’exister et de ne pas avoir à être construit… A ce volume de base conservé, notre proposition en adjoint un nouveau qui contient les surfaces correspondantes au programme, moins les salles d’activités installées dans l’existant remanié. Ce nouveau volume est contenu par deux murs en béton de terre coulée, fabriqués à partir du murs en pisé démolis. Des mur-rideaux en ossature bois sont installés perpendiculairement, ils captent le soleil, illuminent les espaces de restauration et diffusent la lumière douce du nord. Percée par deux patios qui organisent un plan rayonnant, la toiture végétale élance ses courbes en soulignant le paysage des collines qui réapparaissent dans le village…